C’est quoi le baby blues ? Comment y faire face ?

Partagées entre joie intense et doutes, de nombreuses jeunes mamans connaissent un épisode de baby blues à la naissance de leur bébé. Cette déprime après l’accouchement est en partie liée à une chute d’hormones. Déroutante, mais passagère, elle peut aussi toucher les papas. Quelle est la durée du baby blues ? Que faire en cas de baby blues ? Les réponses dans cet article.

Qu’est-ce que le baby blues ?

Le baby blues affecte de nombreuses femmes qui viennent de mettre leur enfant au monde. Les causes du baby blues sont à la fois physiques et psychologiques. Favorisé par la chute des hormones après l’accouchement, cet épisode dépressif survient juste après la naissance, généralement entre le 3ème et le 10ème jour.

Malgré le bonheur que procure l’arrivée de bébé, un sentiment de tristesse et de grande fatigue assaille la jeune maman. Les larmes jaillissent sans raison apparente. Anxieuse, elle a l’impression d’être dépassée par les événements, à tel point qu’elle peut en arriver à douter sur ses capacités à prendre soin de son nouveau-né. Cet épisode dépressif peut s’accompagner d’une perte d’appétit et de difficultés à s’endormir.

Si le phénomène reste encore méconnu, certains papas peuvent aussi connaitre un baby blues. Ce passage à vide au moment de la naissance de leur enfant se révèle purement psychologique. La naissance de bébé provoque un véritable bouleversement émotionnel chez le jeune papa. En endossant le rôle de père, il doit faire face à de nouvelles responsabilités et peut avoir l’impression de ne pas être à la hauteur.

Le baby blues n’est pas une maladie. Ce moment de déprime dure seulement quelques jours et ne doit pas être confondu avec la dépression post-partum. Des symptômes de baby blues qui s’intensifient et persistent au-delà de 15 jours ou un baby blues 1 mois après l’accouchement, voire plus, doivent faire suspecter une dépression plus profonde. Contrairement au baby blues, la dépression post-partum est une véritable maladie qui nécessite un suivi médical.

Plus rare, le baby blues avant l’accouchement pourrait être lié à une anxiété face à l’arrivée de bébé, mais aussi une fatigue importante en fin de grossesse.

Que faire en cas de baby blues ?

Temporaire, le baby blues ne nécessite aucun traitement particulier puisqu’il cesse de lui-même quand le taux d’hormones se stabilise. Pour réduire la durée du baby blues, il est conseillé de se reposer le plus possible. Des médecines douces comme l’homéopathie soulage certains symptômes. Un papa affecté par le baby blues va quant à lui chercher à garder le contact avec son enfant. Des gestes anodins comme chauffer le biberon ou préparer le bain vont l’aider à trouver sa place dans la relation et sortir de cette dépression passagère.

Jeune maman ou papa, si vous vous sentez fragilisé(e) par la naissance de votre enfant, n’hésitez pas à vous faire épauler par votre entourage durant cette période délicate. Vous pouvez également demander conseil à la maternité ou à votre médecin qui pourront vous aider à trouver des solutions concrètes.