Comment habiller un mort ? Nos conseils

Il est important de s’habiller pour un enterrement de façon décente et appropriée. Il est aussi important d’habiller un mort. L’enjeu est de donner une dernière image du défunt qui lui fasse honneur. Voici quelques conseils pour vous orienter dans votre choix concernant la tenue pour un mort.

La préparation d’un mort

La toilette mortuaire est la première chose qui est faite, immédiatement après le décès. Tout d’abord, les yeux du défunt sont fermés et maintenus pas un petit bout de coton.

Tous les dispositifs médicaux (perfusions, sondes, etc.) sont retirés. La personne décédée est déshabillée et lavée soigneusement, corps et cheveux. Les orifices naturels sont obstrués avec de la ouate et les éventuelles plaies couvertes avec des pansements ou suturées.

Selon la croyance du défunt, il est possible d’effectuer une veillée mortuaire.

Si le décès a lieu dans un établissement de soins, c’est, le plus souvent, le personnel soignant qui s’en charge. Elle peut être réalisée par la famille, si elle en fait la demande, ou par des employés de chambre mortuaire, si le corps y est transféré. La toilette mortuaire un est rite important dans notre culture, ces gestes sont accomplis avec révérence, dans le respect de la dignité du disparu. Dans certaines religions, comme le judaïsme ou l’islam, la toilette mortuaire doit répondre à un cérémonial bien particulier. Dans ce cas, un membre du culte qualifié peut procéder à la toilette rituelle.

L’objectif de la toilette est de restituer une apparence la plus naturelle possible au défunt.

Tous les éventuels stigmates de la mort doivent être estompés au mieux. Il est possible de faire appel à un thanatopracteur pour des soins plus poussés de conservation du corps grâce à des procédés chimiques, mais ce n’est pas une obligation, la conservation par le froid se révélant suffisamment efficace dans la plupart des cas.

Habiller un mort : les étapes à suivre

C’est seulement à la suite de cette toilette que le défunt pourra être vêtu, maquillé et coiffé. Le but est de rendre la personne décédée la plus présentable possible pour la famille. C’est à celle-ci qu’est laissé le soin de choisir les vêtements que portera le défunt le jour des funérailles. Pour les cercueils ouverts, un soin tout particulier doit être donné au choix des vêtements. Il s’agit de donner une image flatteuse de la dernière apparition en public de votre proche disparu.

Pour habiller un mort, il est d’usage de choisir, parmi la garde-robe du défunt, des vêtements élégants : costumes pour les hommes, chemisiers ou robes pour les femmes.

Pensez à opter pour des habits pas trop serrés, afin que le personnel chargé de l’habillage ne rencontre pas trop de difficultés à les lui enfiler. Privilégiez également des manches longues et des vêtements couvrants, qui masqueront les éventuelles marques sur la peau.

Pendant des siècles, nos ancêtres ont été inhumés enveloppés dans un linceul à même la terre. De nos jours, le cercueil étant devenu obligatoire, la tradition veut que l’on habille élégamment nos morts pour leur dernière demeure.

Mais dans certaines religions, la coutume du drap mortuaire est encore très pratiquée. Dans la culture hindoue, les corps sont enroulés dans un drap mortuaire ou dans un sari traditionnel avant d’être incinérés. Les musulmans, eux, enveloppent soigneusement leurs défunts dans un nombre impair de pièces non cousues de tissu blanc, au minimum trois.

Il n’y a cependant pas de règle absolue, vous pouvez donc choisir librement la tenue qui correspondra, pour vous, le mieux à la personne disparue. La seule restriction concerne les bijoux de valeur, ceux-ci faisant partie du patrimoine transmissible du défunt.