Comment présenter ses condoléances ?

Au moment où l’on apprend un décès, notre premier élan va vers la famille endeuillée. On veut leur montrer notre soutien, mais on réalise très vite à quel point présenter ses condoléances est délicat. Comment écrire des condoléances ? Comment témoigner au mieux sa sympathie aux proches du défunt, sans paraître importun ?

Ecrire ses condoléances ?

En couchant sur papier ce que vous ressentez en ces circonstances, vous pouvez manifester l’affection ou le respect que vous aviez pour le défunt. Il y a quelques usages à respecter pour un texte de condoléances:

  • Ecrivez-les sur du papier à lettre ou une carte de deuil, évitez les courriers électroniques ou les textos, trop impersonnels.
  • Restez succinct, les personnes venant de subir un deuil ont besoin de votre appui, mais n’ont pas forcément l’esprit à lire de longues lettres.
  • Adaptez votre niveau de langage à votre interlocuteur. S’il s’agit d’un membre de votre famille ou d’une personne très proche, vous pouvez vous permettre d’utiliser un langage moins formel que s’il s’agissait d’un voisin ou d’une relation de travail.

Le plus important dans la rédaction de votre mot de condoléance, est de bien faire passer le message suivant : vous partagez leur peine et souhaitez leur faire part de votre soutien. Si vous vous trouvez en mal d’inspiration, vous pouvez vous inspirer d’exemples de lettres-types de condoléances. Des modèles de textes de condoléances existent pour toutes les situations. Vous pouvez faire envoyer des fleurs de deuil, accompagnées de votre faire-part de condoléances.

Exprimer ses condoléances ?

Si vous étiez intime avec le défunt, vous pouvez téléphoner pour présenter vos condoléances, et même proposer votre présence. N’insistez pas en cas de refus, votre interlocuteur sera très certainement touché par votre proposition, mais voudra peut-être rester seul ou avec son noyau familial, dans les premiers temps du deuil. Si vous aviez des relations plus lointaines avec le défunt, il vaut mieux adopter des condoléances écrites, plus adaptées. Si vous comptez assister aux funérailles, il vous sera possible d’exprimer, de vive voix, votre sympathie à la famille à ce moment-là.

Parlez avec sincérité, n’ayez pas peur de montrer votre compassion, les personnes récemment endeuillées ont besoin de se sentir épaulées. Par contre, il y a quelques petites choses à éviter, qui pourraient froisser ou gêner une personne en situation de deuil :

  • S’étendre sur les circonstances de la mort n’est pas une bonne idée. Si la personne souhaite vous en parler, écoutez-la, évidemment, mais évitez de lancer vous-même le sujet. Il est possible que la personne n’ait pas envie d’en parler.
  • « C’est un bel âge pour mourir », « Au moins, il n’a pas eu le temps de souffrir » ou « C’est un soulagement après cette longue maladie » sont à proscrire. Même si le but est d’être positif, la personne endeuillée n’a pas forcément envie d’entendre qu’elle a tort de pleurer la mort de quelqu’un de cher à son cœur.

Et dernier point :

  • Ne centrez pas votre discours sur vous, avec des formules comme  » Je comprends ce que tu ressens » ou  » Je ne sais pas comment je réagirais à ta place ! ». Essayez plutôt de montrer votre soutien et d’être à l’écoute.

Exprimer ses condoléances est ardu et peut vous mettre mal à l’aise, mais c’est très important pour la personne endeuillée, qui a besoin de réconfort dans ces moments douloureux.