Faire un poème pour des obsèques : conseils et astuces

Ecrire un poème pour la mort d’un proche permet de traduire ses sentiments en les convertissant en mots et en rimes. N’ayez pas peur de vous lancer avec nos quelques conseils sur la rédaction d’un poème pour un enterrement.

La forme et le fond du poème

Commencez par penser à la forme que vous souhaitez faire prendre à votre éloge poétique. Selon votre aisance dans la production d’écrits, vous pouvez opter pour différents formats de texte :

  • la chanson :

Vous pouvez vous approprier une chanson existante en adaptant les paroles pour qu’elles fassent référence au défunt. En choisissant une chanson ayant eu une signification importante pour la personne décédée, vous ajouterez à l’émotion provoquée par votre texte.

  • le poème classique :

Vous pouvez choisir une forme conventionnelle pour votre poème funéraire. Très codé, comme le sonnet ou plus informel, comme le poème en vers libres, c’est à vous de voir quel format vous inspire le plus.

  • le texte poétique en prose :

Les poèmes sont traditionnellement écrits en rimes et en vers, mais le genre de la poésie admet également une écriture en prose. Cette forme peut vous permettre de vous sentir plus à l’aise dans l’écriture et d’être moins restreint dans l’expression de vos émotions. Cette forme ne remet absolument pas en question la qualité du texte, il existe de magnifiques poèmes écrits en prose.

  • l’acrostiche :

Avec cette forme, les initiales de chaque vers forment verticalement un mot. Ici, vous pouvez utiliser les lettres du prénom ou du surnom du défunt pour construire votre ode à l’être cher. Cette forme poétique peut vous aider, si vous avez des difficultés à trouver comment structurer votre texte.

Peu importe au final la forme du poème, ce qui compte, ce sont les sentiments que vous voulez faire passer à travers ce texte. Le contenu de votre texte doit refléter ce dont vous voulez vous souvenir du défunt.

A quel moment lire le poème ?

 

Au cours d’un enterrement civil, la lecture du poème s’inscrit dans le déroulé de la cérémonie. Les lectures de textes, poèmes ou chansons interviennent le plus souvent après le discours d’accueil du maître de cérémonie et le temps de recueillement.

 

En cas d’obsèques religieuses, le représentant du culte sera en charge du déroulement de l’hommage. Dans la majorité des cas, seuls des textes religieux et des prières seront lus au sein du lieu de culte. Les hommages rendus par les proches seront, de préférence, prononcés au moment de l’inhumation.

Dans le judaïsme en particulier, l’enterrement se doit d’être le plus simple et modeste possible, cercueil sans fioritures, pas de fleurs. L’éloge funèbre est prononcé par le rabbin, puis le Kaddish, une prière, par un proche. La lecture d’un poème personnel pourrait y sembler déplacée et être interprétée comme de la vanité.

Un poème lors d’un décès permet d’exprimer sa peine et de commencer à faire son deuil. Le rédiger n’est pas à la portée de tous, et ne pas réussir à l’écrire ne doit pas vous empêcher de rendre l’hommage que vous avez à cœur d’offrir à l’être cher. N’hésitez pas à trouver l’inspiration parmi ce large catalogue de poèmes pour funérailles.