Le déroulement d’une cérémonie civile au crématorium

Vous venez de perdre un proche et allez assister à une crémation civile. Pas la peine de chercher la définition de crémation dans le dictionnaire, nous vous expliquons ici tout le déroulement d’une cérémonie civile au crématorium, et répondons aux questions que vous pourriez vous poser : Qu’est-ce qu’une crémation exactement ? C’est une crémation, faut-il des fleurs ou pas ? Combien de temps durent les obsèques dans ce cas ?

Comment se déroule une crémation ?

Le cérémonial d’une crémation commence toujours par l’accueil de la famille et des proches. S’ensuit l’hommage au défunt. Le cercueil est exposé dans la salle de cérémonie avant la crémation. Les fleurs sont disposées sur et devant le cercueil. Les fleurs n’accompagnent pas le défunt dans le four, pour des raisons de sécurité. Elles seront remises à la famille à l’issue des obsèques, qui pourra les garder ou les déposer à l’endroit où reposeront les cendres du défunt.

L’hommage consiste principalement en lectures de textes, poèmes et discours célébrant le défunt, et se termine par un temps de recueillement, qui peut se faire dans le silence ou sur une musique choisie par la famille. Le plus souvent, la personne qui officie est un maître de cérémonie désigné par l’entreprise de pompes funèbres, mais il est possible que ce soit un proche de la personne décédée qui conduise la cérémonie.

A l’issue de cet hommage vient le moment de la crémation. Si vous vous sentez mal à l’aise avec cette étape, rien ne vous oblige à y assister. Il est d’usage de proposer, uniquement aux personnes qui le souhaitent, de rester pour regarder l’entrée du cercueil dans le four, à travers une vitre ou en vidéo.

Combien de temps dure une crémation ?

La crémation du corps prend entre 1h30 et 2h. En général, les proches présentent leurs condoléances tout de suite après l’entrée du corps dans le four, et quittent les lieux de la crémation. Un membre de la famille est désigné pour venir rechercher l’urne cinéraire une fois la crémation terminée. La cérémonie civile qui la précède, dure, quant à elle, dans les alentours d’une demi-heure. Il est évident que cette cérémonie peut être plus longue, au cas où de nombreuses personnes souhaiteraient prendre la parole en l’honneur du défunt.

Se pose alors la question de la dernière demeure du disparu. Il faut savoir qu’il est illégal de conserver les cendres du défunt dans un lieu privé. Plusieurs options s’offrent à la famille :

  • Un jardin du souvenir : chaque commune se doit de mettre à disposition un espace public de dispersion des cendres, celles-ci ne pouvant être dispersé dans un jardin privé.
  • Dispersion en pleine nature : à condition de respecter les directives et de choisir un endroit autorisé, il est possible de répandre les cendres en pleine nature.
  • Inhumation de l’urne : en columbarium, cavurne, et même dans une tombe ou un caveau familial.

Toutes les religions ne voient pas d’un bon œil la crémation. Pour les cultes d’origine asiatique, l’incinération des corps est un rituel ancestral. Les confessions chrétiennes sont plus réticentes sur le sujet, mais il est tout de même désormais possible de pratiquer une cérémonie religieuse lors d’une crémation. Dans le judaïsme et l’islam, cette pratique est tout bonnement interdite. Sachez toutefois que la crémation est plus écologique que l’inhumation. C’est un argument de poids en sa faveur, qui pourrait peut-être faire évoluer la position des religions à ce sujet.