Les rites funéraires musulmans et juifs : entre tradition et religion

En France, le multiculturalisme se retrouve même au moment de la mort. Les rites funéraires diffèrent en fonction de la religion du mort. Ainsi les rites funéraires musulmans n’ont-ils rien à voir avec le rite funéraire juif, les rites funéraires bouddhistes et les rites funéraires catholiques. Dans certaines de ces religions et de ces traditions, une veillée doit avoir lieu dans une chambre mortuaire, dans d’autres le corps doit être orienté d’une certaine manière. Comment appréhender toutes ces différences ? Suivez-nous !

Les rites funéraires : musulmans

Il convient de distinguer les rites qui relèvent de la tradition et ceux qui relèvent du fait religieux. Les rites funéraires traditionnels concernent toutes les pratiques qui vont accompagner le deuil de la famille avant la mise en terre ou la crémation du mort.

La religion influence énormément la prise en charge des défunts.

Votre religion est l’Islam ? Dans le rite mortuaire musulman traditionnel, la toilette du mort doit être effectuée par quatre personnes du même sexe que lui et suit un rituel bien précis.

Le rite musulman impose l’enterrement. En effet, dans l’Islam, le don d’organes et la crémation sont totalement interdits. Le corps doit conserver toute son intégrité pour la cérémonie de l’inhumation. Celle-ci se déroule dans un cimetière où le corps est emmené, placé dans un cercueil de bois tendre avant d’être enfoui à même la terre, placé sur le côté droit et la poitrine tournée vers la Mecque.

Les rites funéraires : juifs 

Adepte du judaïsme, le rite funéraire juif traditionnel vous impose que la toilette du mort, appelée toilette de purification, soit effectuée uniquement par des personnes du même sexe que le défunt. Elle se déroule selon un schéma précis et doit être accompagnée de la lecture de psaumes.

Les soins de conservation du corps ne sont pas autorisés, sauf si le corps doit être rapatrié en Israël. Ces soins sont suivis d’une veillée funèbre dans une chambre mortuaire à laquelle assiste toute la famille.

Si vous êtes de confession juive, le rite funéraire inscrit dans le judaïsme impose que l’inhumation se déroule 24 heures après le décès. Crémation et don d’organes sont interdits.

L’enterrement se déroule au cimetière en présence du rabbin. La prière des morts est récitée puis les proches jettent trois pelletées de terre sur le cercueil. Commence ensuite une période de deuil ritualisée. Adepte du judaïsme, le rite funéraire juif traditionnel vous impose que la toilette du mort, appelée toilette de purification, soit effectuée uniquement par des personnes du même sexe que le défunt. Elle se déroule selon un schéma précis et doit être accompagnée de la lecture de psaumes. Les soins de conservation du corps ne sont pas autorisés, sauf si le corps doit être rapatrié en Israël. Ces soins sont suivis d’une veillée funèbre dans une chambre mortuaire à laquelle assiste toute la famille.

La richesse de la France se voit aussi dans les multiples possibilités qu’elle offre à ses habitants au moment de leur décès. Quels que soient votre pays d’origine, votre religion, vos traditions, une solution est toujours possible et vous permet d’envisager le passage dans l’au-delà avec sérénité.