Tout savoir sur l’accouchement dans l’eau

Beaucoup plus naturel, l’accouchement aquatique séduit de plus en plus de femmes enceintes. Plus douce et plus relaxante, tant pour le bébé que pour la maman, la naissance dans l’eau s’avère une alternative intéressante lorsque la grossesse ne présente aucun risque. Accoucher dans l’eau nécessite cependant une préparation spécifique, à suivre dès le 5ème mois de grossesse. Le point dans cet article.

Comment accoucher dans l’eau ?

Lorsque les contractions deviennent douloureuses et que le col est dilaté de plus de 5 cm, la future maman peut prendre place dans la baignoire d’accouchement. Celle-ci est remplie d’une eau à 37 °C. Cette température procure un effet relaxant et soulage les douleurs liées aux contractions. Il faut en effet savoir qu’il n’est pas possible de pratiquer la péridurale si vous optez pour un accouchement dans la baignoire. Dans l’eau, le col se dilate plus facilement.

Vous pourrez choisir de donner naissance sous l’eau, en position accroupie ou demi-assise. L’expulsion peut aussi avoir lieu hors de l’eau, en cas de complication ou s’il s’agit de l’un de vos souhaits.

À la naissance, l’équipe médicale maintient l’enfant quelques instants sous l’eau. Cette mesure a pour objectif de diminuer le choc transitoire. Côté sécurité, le matériel chirurgical reste à portée de main et vous pouvez à tout moment être sortie de l’eau en cas de complication. De même, le rythme cardiaque de l’enfant est surveillé en permanence.

Dans l’eau, malgré les contrôles bactériologiques réguliers, le risque d’infections existe au moment de l’expulsion. Pour ces raisons, toutes les femmes ne peuvent pas donner naissance à bébé dans l’eau. Dans les cas suivants, accoucher dans une piscine est déconseillé :

  • Problèmes d’hypertension
  • Diabète
  • Sida, hépatite B ou autres maladies contagieuses
  • Grossesse multiple
  • Bébé prématuré
  • Mauvaise position du bébé
  • Placenta trop bas

Où accoucher dans l’eau ?

En France, seules quelques maternités proposent l’accouchement naturel dans l’eau. Encadré par des normes strictes en termes d’hygiène et de sécurité, ce type d’accouchement est uniquement pratiqué par des professionnels formés à cette pratique.

De nombreux établissements disposent d’une salle équipée de bassins d’eau où vous pourrez vous relaxer durant le travail, mais l’expulsion se fait toujours hors de l’eau.

Outre la clinique, il est également possible de programmer une naissance aquatique à domicile. Vous pourrez opter pour un accouchement dans la baignoire ou vous procurer une piscine d’accouchement gonflable et la remplir avec de l’eau à 37 – 38 °C. Contrôlez la température toutes les demi-heures. Une sage-femme formée à cette pratique vous accompagne tout au long de l’accouchement.

Pour la future maman qui souhaite accoucher dans l’eau, une préparation prénatale aquatique est indispensable. Effectuée en piscine à partir du 5ème mois de grossesse, elle va vous permettre de vous muscler, de travailler votre respiration et de vous familiariser avec des techniques de relaxation.

Peu importe la méthode que vous choisissez, l’essentiel est qu’elle vous correspond et que vous soyez confiante pour le jour J.